Sandrine Lanaud, le tourisme et le pinot dans la peau

Sandrine Lanaud a quitté il y a plus de 15 ans l’industrie pharmaceutique pour s’adonner à sa passion pour le vin. Un choix qui lui a valu la médaille de bronze du tourisme. Rencontre avec cette « praticienne » du terroir.

SONY DSC

Il y a quelques mois encore, c’est à Gilly-les-Citeaux que Sandrine Lanaud nous aurait accueillis, là où pendant 15 ans elle a choyé les clients de ses chambres d’hôtes. Aujourd’hui, elle a tourné la page de la Closerie: « La maison a été vendue, les nouveaux propriétaires n’ont pas poursuivi l’activité. »

Sandrine est donc partie vers de nouvelles aventures: « Avec mon mari, nous avions créé en marge de notre gîte, le Clos de Bourgogne, une entité à travers laquelle nous proposions des balades dans les vignes, des dégustations, des initiations oenologiques, de la vente également. Aujourd’hui, cette activité est plus que jamais effective. Nous continuons de la développer. J’accompagne de plus en plus de touristes et de Bourguignons au coeur du terroir. Il y a 15 ans, lorsque j’ai quitté l’industrie pharmaceutique, j’ai eu envie de changer de vie, de faire partager ma passion pour le vin, de faire revivre un patrimoine, à travers cette belle maison bourgeoise que nous avons rénové à Gilly, alors qu’elle tombait en décrépitude. »

Aujourd’hui, à travers l’activité du Clos de Bourgogne, Sandrine Lanaud propose des ateliers oenologiques ludiques dans des séminaires, pour des hôtels, des restaurants. Elle est également engagée dans la gestion de l’office de tourisme de Gevrey-Chambertin. Surtout elle est depuis 7 ans administrateur de la fédération des Gites de France de Côte-d’Or, dont elle est désormais la vice-présidente: « lorsque j’ai lancé mon activité  de gite/chambre d’hôtes, je me suis rapidement rapprochée des Gîtes de France. Un label comme celui là c’est l’assurance d’être mieux défendue. Il est important d’être soutenu dans notre activité, de pouvoir dialoguer, échanger avec d’autres propriétaires. Et Gîtes de France permet tout celà. J’accordais aussi beaucoup d’importance à la notion de classement, car le consommateur a besoin de savoir où il va. »

Désormais installée à Couchey, Sandrine Lanaud réfléchit tout naturellement à ouvrir un nouveau gîte: « un accueil pour deux personnes que je démarrerai peut être en chambre d’hôtes » renchérit celle qui a beaucoup milité pour le classement du vignoble de Bourgogne au patrimoine mondial de l’Unesco. La médaille du tourisme est venue récompensée son engagement, cette envie profonde qu’elle a de faire avancer l’œnotourisme au coeur de notre territoire: « Je suis une ardente militante du label Vignoble et découverte. Nous possédons sous nos pieds, autour de nous un terroir magnifique, passionnant. Mon envie quotidienne, c’est de transmettre, de partager cette richesse. »

www.closdebourgogne.com

2 thoughts on “Sandrine Lanaud, le tourisme et le pinot dans la peau

  1. 07/10/2015 at 12:48

    Suis ã Beaune. Travaille comme designer graphique pour les + grands domaines de B.
    Également sur l’art et le vin depuis 10 ans en France et ã l’étranger.

    1. Dominique Bruillot
      10/10/2015 at 08:50

      Donc?

Répondre à Dominique Bruillot Annuler la réponse.