Dimanche 26 juin, au château du Clos de Vougeot, de grands vins étaient mis en vente grâce aux domaines partenaires de l’événement. Un vrai succès qui profitera aux jeunes musiciens soutenus par le festival.

Parmi les grands vins mis aux enchères, un mazis-chambertin 2019 des Hospices de Beaune, acheté par l’association Friends of Musique & Vin et vinifié par le domaine de la Romanée-Conti. © Bénédicte Manière

Un grand cru, cette 14e édition de Musique & Vin au Clos Vougeot. Du 19 au 26 juin, le festival a déroulé une exceptionnelle programmation (Renaud Capuçon, Pierre Génisson, Svetlin Roussev, Wolfgang Tarliz, Laetitia Grimaldi Spitzer, l’époustouflante soprano Francesca Pia Vitale…), sous la direction bienveillante de Gautier Capuçon et Jean-Yves Thibaudet. Six jours de concerts et de dégustations dans les plus beaux endroits de la côte, entre château du Clos de Vougeot, château de Meursault, abbaye de Saint-Vivant et halles de Beaune.

C’est une tradition autant qu’une nécessité pour ce festival vivant essentiellement de ses mécènes : un dîner caritatif clôture la semaine. Il réunit mélomanes et amateurs de vins (les deux sont souvent liés) de la planète entière, dont la générosité est généralement proportionnelle à leur passion.

Jéroboam de Romanée-Saint-Vivant 1999

Dimanche 26 juin, 25 lots ont ainsi été mis sous le feu des enchères. Partition impeccable pour le chef d’orchestre Sotheby’s : près de 250 000 euros ont été récoltés pour des grands crus aux signatures évocatrices telles Faiveley, Leflaive, Armand Rousseau, Clos de Tart, Clos des Lambrays, Bruno Clair… Un jéroboam de Romanée-Saint-Vivant 1999 issu du domaine de la Romanée-Conti a particulièrement excité les débats, tout comme l’autre nectar d’exception de la soirée : un Mazis-Chambertin 2019 des Hospices de Beaune, issu d’une pièce achetée par l’association burgondo-américaine Friends of Musique & Vin et élevée par le domaine de la Romanée-Conti.

Cette somme financera directement le fonds instrumental du festival, plusieurs bourses ainsi que l’organisation de concerts de jeunes talents. Quelques semaines auparavant, Bernard Hervet, le cofondateur de l’événement avec Aubert de Villaine, nous confiait toute l’importance du sujet : « Durant ces mois sans concerts, certains artistes ont tout simplement arrêté, faute de pouvoir vivre de leur art. » Cette générosité bourguignonne devrait encourager la jeunesse à tenir bon. Quand il s’agit de se mobiliser pour les bonnes causes, comme il y a quelques mois avec l’opération Vougeot pour Cîteaux, la Bourgogne du vin, elle, ne lâche jamais rien.

Amayès Aouli (directeur des ventes de vin pour l’Europe Continentale chez Sotheby’s) et Bernard Hervet, le cofondateur du festival, étaient particulièrement heureux de l’issue de cette vente. © Bénédicte Manière

Laisser un commentaire