Pour la septième fois, les Cabottes d’Or ont rapproché le vin, la cuisine et l’esprit bourguignon au château du Clos de Vougeot. L’association nuitonne La Cabotte et la revue Bourgogne Magazine ont ainsi célébré les Cadets de Bourgogne et la chanson bourguignonne. Les grands chefs présents ont donné de la voix dans le cellier.

Pour organiser les Cabottes d’Or, l’association nuitonne La Cabotte et la revue Bourgogne Magazine commencent par privatiser le cellier du Clos de Vougeot. Puis invitent en cuisine quelques jolis toqués. Patrick Bertron, présent dès la première édition, est revenu avec un coq au Chambertin revisité à sa façon, en clin d’œil à la petite chanson mythique qui, longtemps durant, fut la musique d’accueil de la grande maison Loiseau à Saulieu.

Avec lui, deux autres étoilés, Stéphane Derbord qui se déplace avec un sandre rôti en balade, et le plus Bourguignon des Japonais, Takashi Kinoshita, du château de Courban, qui a donné de l’œuf en meurette, sa version au vin blanc. Pour couronner le tout, avec tout le respect qu’on leur doit, le dessert, un extraordinaire banc (avec un « c », c’est assumé) au chocolat a été concocté par deux pétillants anciens : le champion du monde des chocolatiers Mickaël Azouz et l’ancien chef de la Maison Blanche Michel Grobon.

Une partition de haute voltige

Côté cuisine, le bal des saveurs n’aurait jamais eu lieu sans le talent de la cheffe d’orchestre et de la brigade du château du Clos de Vougeot, Alexandra Bouvret, qui a réalisé à quatre mains tous ces plats avec ses prestigieux confrères, proposant elle-même, en début de repas, sa version du persillé.
Dans les verres, on a servi du crémant de la Maison Bouillot, en entrée puis au dessert, blanc puis rosé. Cette pétillante proposition a encadré une composition bachique de grande virtuosité : Aligoté bouzeron 2020 du domaine de Villaine, Beaune 1er cru Belissand 2019 du Domaine Françoise André, Gevrey-chambertin 1er cru 2012 puis Charmes-Chambertin grand cru 2014 des vignerons de la Saint‑Vincent tournante 2020 de Gevrey-Chambertin, Gevrey-Chambertin Clos Prieur 2017 et Marsannay blanc Champs Perdrix 2018 du domaine Marc Roy, ces deniers ayant accompagné la partition royale du maître-fromager Philippe Delin. Le tout était mis en scène dans un menu dont la couverture a été confiée au talentueux Fred Bernard, grâce à qui la chanson bourguignonne apparaît joyeuse et communicative. Ce que n’ont pas contredit les véritables stars de la soirée, les Cadets de Bourgogne, magistralement conduits par leur maître de chapelle Jean-Bernard Guiboux.

On chantait fort et pas toujours juste sous les voûtes du château. Mais rien de grave, car près de 380 convives ont apprécié la mélodie du bonheur bourguignon, applaudissant tous ces héros qui, les uns après les autres, ont reçu leur trophée imaginé par le vitisculpeur des Cabottes d’Or, Michel Faget. Le cellier s’en trouva enchanté pour l’été.

Laisser un commentaire