La rétro de la semaine

© Studiomag

© Studiomag

Plus vertigineuse qu’un record mondial à la perche mais sans Renaud Lavillenie, plus chargée en mémoire qu’un bouquet de violettes, c’est la rétro de la semaine de dijonbeaune.fr

Lundi. Bibracte-Mont Beuvray, lieu historique d’implantation des Eduens garde son label «Grand site de France», dont peut se targuer un club très fermé de 14 lieux seulement en France (dont deux en Bourgogne avec celui de Solutré). Remis par le ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie et inscrit au Code de l’environnement, ce label dont l’attribution est reéxaminée tous les six ans salue la grande valeur patrimoniale d’un site et les efforts de ses gestionnaires pour en assurer la préservation et la mise en valeur selon les principes de développement durable: une gageure lorsque l’on sait que 80 000 visiteurs transitent chaque année au Mont Beuvray !

Mardi. Retour sur la première Paulée de Beaune : un bastion des Hospices de Beaune chaleureusement orné pour le décor, le répertoire des Joyeux Bourguignons pour la musique… et un principe immuable pour chaque convive : apporter une bouteille de son choix, à proposer à sa table ou à une table voisine. Convivialité garantie !

Mercredi. Rencontre avec un trio de choc : Isnard-Lecomte, les chefs étoilés de La Charme et Eric Carrière, ex-footballeur, actuel consultant sur Canal + et entrepreneur averti. Ces trois hommes relèvent le défi de transformer l’ancienne Taverne située sur la place des Halles en un lieu gourmand: Dav’n’Co.

Jeudi. Les mauvaises notes se font entendre du côté de la Maîtrise de Dijon. Pas au niveau du répertoire, toujours excellent, mais du projet de déménagement des enfants de ce chœur par le collège Saint-Bénigne. Les parents n’apprécient pas et le font savoir.

Vendredi. Faut-il rebaptiser la Côte-d’Or en Eldorado ? C’est du moins l’analyse de nos confrères du Figaro Magazine pour qui les domaines viticoles deviennent des enjeux financiers spectaculaires, avec inflation de l’ouvrée à la clé. Notre éditeur Dominique Bruillot décrypte.

Samedi. Luxe, calme et volupté avec une plongée dans de beaux intérieurs à Beaune et Dijon: là un intérieur néo-classique, ici, le parti-pris contemporain, là encore un goût affirmé pour la récup’… derrière les facades parfois austères, de petits trésors de raffinement !

Laisser un commentaire