La Ville de Chenôve poursuit un plan de gestion commun de son plateau suite aux incendies de 2015. Cet espace vert classé Natura 2000 accueillera dès mardi 19 janvier un nouvel éco-pâturage en lien avec le Conservatoire d’espaces naturels de Bourgogne.

Le 20 juillet 2015, un incendie ravageait 80 hectares de forêts et de pelouses sur le plateau de Chenôve. Le Syndicat Intercommunal de sauvegarde et de mise en valeur du Plateau du Sud Dijonnais (SIPLASUD) en lien avec la Ville de Chenôve et les communes concernées, ont élaboré un plan de gestion du site définissant les opérations de restauration à mener sur la zone incendiée ainsi que la mise en place d’une stratégie à long terme et d’un plan pluriannuel pour cet espace naturel classé Natura 2000. 

Adopté par la commune de Chenôve en septembre 2019, ce plan de gestion prévoit la mise en place d’un pâturage pour la restauration de certaines pelouses calcaires situées dans la zone incendiée. 

Dans le cadre de sa politique de transition écologique, avec un objectif de protection et de développement de la biodiversité, la Ville de Chenôve a souhaité s’associer par voie de convention avec le Conservatoire d’espaces naturels de Bourgogne afin de mettre en œuvre des actions de restauration de la zone incendiée et, plus globalement, d’assurer une gestion conservatoire du plateau et de ses pelouses calcaires. 

Ce mardi 19 janvier 2021, un troupeau constitué de chevaux et de vaches écossaises va arriver sur les lieux pour pâturer sur deux zones incendiées pendant environ un mois. Le recours à ce dispositif, similaire à celui observé à Beaune depuis octobre, vient compléter celui déjà en place à l’ouest du plateau, avec des ânes qui pâturent depuis le 8 janvier.

One thought on “Vaches, ânes et chevaux au secours du plateau de Chenôve”

  1. Je suis particulièrement ravi de constater que les autorités concernées font appel aux animaux habituels, chevaux, vaches et ânes pour éco-pâturer sur le Plateau de Chenôve. Je souhaite que les Communes poursuivent de manière permanente l’éco-pâturage sur l’ensemble de ce plateau. Je regrette que la méthode ne soit plus mise en oeuvre par la Métropole dijonnaise le long de la LINO sur le territoire de Plombières. Que d’autres communes prennent modèle, c’est la solution naturelle d’avenir!

Laisser un commentaire