Une semaine dans le rétro

 

© Studiomag

© Studiomag

 

Le condensé, que dis-je la quintessence des jours derniers, le précipité de la chimie dijonbeaunemag.fr, c’est la rétro de la semaine.

On démarre en fanfare avec la vidéo du samedi : sans tambours mais avec trompette (et bretelles), le trompettiste Thierry Caens et Dominique Bruillot, l’éditeur de Dijon-Beaune Mag (deux poids-lourds, chacun dans leur domaine), reviennent sur le cas Rameau, une gloire dijonnaise quoiqu’un peu oubliée.

En Bourgogne, on n’a pas de pistes noires mais on a du pinot (noir aussi), qui pour l’instant hiberne dans les vignes. Et tout comme les exploitants de remonte-pentes, les vignerons seraient bien aise de voir tomber la neige comme chantait Adamo. Ben oui parce que y’a plus d’hiver, et si les ceps croient que le printemps est pour demain, la vigne va faire fleurir ses bourgeons au risque du coup de gel tardif.Lundi on a fait le point.

Et puisqu’on parle climat, parlons Climats (pour les nuls, il s’agit non pas du temps qu’il fait, mais des parcelles de la côte viticole). La la la la lalalalalère : les Climats, NOS Climats, ont été retenus mardi par le gouvernement français aux côtés des Maisons de Champagne pour être officiellement présentés au titre du Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Le week-end prochain, il n’aura échappé à personne que c’est la Saint-Vincent tournante, le grand-rendez vous viticole du début d’année qui aura lieu à Saint-Aubin. Du coup, mercredi, la rédaction vous a concocté une sélection en rouge et blanc. Et jeudi, Vincent Proudhon, secrétaire du comité d’organisation de la Saint-Vincent se prêtait au jeu de la tweet-interview

Du foot + une entreprise de BTP + du Meursault = la famille Rougeot qui donne officiellement son nom au centre de formation du DFCO. Vendredi, entretien avec Christophe Rougeot pour qui le foot est l’école de la vie.

Samedi enfin, n’écoutant que son courage, Gauthier Pajona notre reporter gourmand a mis à l’épreuve son organisme (blindé par des décennies de jet-lag et de service trois étoiles en business-class à Air France) pour aller respirer le grand air du côté de Saint-Aubin afin de se faire expliquer la genèse de la Saint-Vincent. Puis passage dans la maison Chassin où il a appris à fumer les fûts afin que ceux-ci donnent leur meilleur aux vins. Puis dégustation auprès de Vincent Dureil-Janthial, en côte châlonnaise. Journée de Titan ? Pas pour notre Gauthier qui gourmande d’un « Fais pas ta vieille hôtesse ! » ceux qui n’arrivent pas à le suivre…

Laisser un commentaire