Cette bougie qui éclaire les Hospices de Nuits

© Clement Bonvalot

© Clement Bonvalot

Ce dimanche 16 mars, dans le cellier du château du Clos de Vougeot, aura lieu la 53e édition de la très solennelle Vente des vins des Hospices de Nuits-Saint-Georges. Aux commandes du domaine des Hospices depuis plus de vingt ans, Jean-Marc Moron prépare l’événement. Alors que le pinot noir se fait rare, la bougie pourrait bien faire monter les enchères.

Photos : Clément Bonvalot

Depuis 1962 et une préconisation de la Cour des comptes, les vins du domaine des Hospices de Nuits sont vendus aux enchères. Comme à Beaune. On dit d’ailleurs ici que Nuits est la petite sœur de Beaune. Et comme à Beaune, les bénéfices de la vente sont entièrement reversés à l’hôpital local, qui voit là l’occasion rêvée de soutenir sa politique d’investissements sans affecter forcement le portefeuille des résidents. Les Hospices de Nuits s’appuient sur un domaine de 12 hectares et demi de vignes, tous issus de donations. La première connue remonte à 1651. Cette année-là, un certain Félix Vaudrey lègue l’ensemble de ses biens et 2 230 livres à l’hôpital. Depuis la tradition perdure.

C’est Jean-Marc Moron, un Nuiton pure souche, qui est en charge de la gestion de la vigne et du vin, au sein d’un domaine employant quatre vignerons à plein temps : « Une grande majorité des vins des Hospices sont des vins rouges. Nous avons à peine 20 ares de chardonnay. Nous avons la chance d’avoir une très belle déclinaison de terroirs de Nuits, avec quatre cuvées Village et 12 premiers crus. » Cette production, comme le veut la tradition, sera mise en vente le 16 mars au château du Clos-Vougeot, à la bougie.

Jean-Marc Moron, régisseur du domaine  des Hospices de Nuits : « On peut s’attendre à des tensions sur les prix  qu’on ne peut pas vraiment maîtriser. » © Clement Bonvalot

Jean-Marc Moron, régisseur du domaine
des Hospices de Nuits : « On peut s’attendre à des tensions sur les prix
qu’on ne peut pas vraiment maîtriser. » © Clement Bonvalot

 

« Nous avons en quantité un peu moins de vin à vendre que l’an passé, poursuit Jean-Marc Moron. C’est la conséquence de deux paramètres : la météo défavorable pendant la floraison puis le temps doux et chaud d’avant-vendanges qui a permis à la pourriture de se développer sur les parcelles de bas de coteau. »

107 pièces à la bougie

Du coup, il y aura « seulement » 107 pièces à vendre cette année, contre 117 l’an passé. A défaut de quantité, le millésime s’annonce de très belle qualité du côté de Nuits : « C’est toute la surprise de ce millésime. C’est même une très belle surprise, car vu les conditions climatiques que nous avons eues, il y avait beaucoup d’inquiétudes. Mais au final, nous avons de très beaux vins, avec beaucoup de fruit, de très belles couleurs, des vins très équilibrés, charnus, qui ont beaucoup de corps. » Certains observateurs n’hésitent pas à dire que, sur certaines cuvées de premier cru, ce sont de très grands vins qui se profilent, tout en rondeurs. Quant à savoir si cela entraînera une envolée des prix, le 16 mars, Jean-Marc Moron enchaîne : « On est sur la même conjoncture que tout le monde. A savoir un manque global de pinot noir en ce moment en Bourgogne, avec une récolte maigre, même si sur la Côte de Nuits nous n’avons pas eu les accidents climatiques subis par nos voisins de la Côte de Beaune. Toujours est-il que nous manquons de vin, et que les transactions qui sont faites en ce moment sur la Côte de Nuits, sur des petits volumes, entre viticulteurs et négociants, montrent des tarifs qui sont en hausse. On peut donc s’attendre à des tensions sur les prix qu’on ne peut pas vraiment maîtriser. » Comme chaque année, les négociants côte-d’oriens, très attachés à l’événement, en seront les principaux animateurs. Ce sont eux qui, à leur manière, continueront de permettre l’amélioration du quotidien des malades et des personnes âgées accueillis à l’hôpital de Nuits.

© Clement Bonvalot

© Clement Bonvalot

 

À lire aussi : Hospices de Nuits : du porcelet et des CorvéesHospices de Nuits : pâté en croûte de caille pour les DidiersHospices de Nuits : meurette d’escargots pour les Saint-Georges, Hospices de nuits : Patrick Timsit et le pinot au service du cerveau, Vente des vins de Nuits, un semi-marathon au top fémininVente des vins de Nuits : show cacao !Vente des vins de Nuits: carnet pratique.

One thought on “Cette bougie qui éclaire les Hospices de Nuits

  1. 11/03/2014 à 06:32

    Bonjour

    Très bon article nous éclairant effectivement sur le sujet.

    Aurait-il été possible d’indiquer de quelle façon le grand public (ou même les pros dans l’incapacité de se déplacer ce jour là) peut participer à la vente? Cela constituerait aussi une information précieuse.

    Merci et bien cordialement

Laisser un commentaire