À la marge de sa 60e vente des vins à quasi huis clos, Nuits-Saint-Georges demeure sous le feu des projecteurs. Toute la semaine, DijonBeaune.fr passe en revue la ville et l’appellation à travers plusieurs mots ou chiffres clés. En voici le premier épisode « apéritif », pour débuter en douceur avec l’essentiel.

L’appellation Nuits-Saint-George représente quelque 310 hectares de vignes dont l’essentiel en rouge. © BIVB / Aurélien Ibanez

Deux villages, une AOC, 310 hectares de terres saintes pour le pinot noir essentiellement, une diversité géologique passionnante, un grand cru manquant aux « bijoux de famille », des personnages mythiques à foison, un sens étonnant du marketing : Nuits-Saint-Georges s’est forgé une personnalité à part. Les premiers héritiers de cet esprit sont les vignerons du cru. Ils cultivent un fort sentiment d’appartenance à une appellation au top, prête comme jamais à abandonner ses complexes au fond de la cuve. Des chiffres et des lettres résument la situation, en marge de la 60e vente des vins des Hospices de Nuits, dimanche 14 mars 2021.

5 500

Pays de vin et terre de rugby, Nuits-Saint-Georges abrite environ 5500 âmes. Au onzième rang du Top 14 de Côte-d’Or. 

1936

Le 11 septembre de cette année, nait par décret l’AOC Nuits-Saint Georges, réunissant également les parcelles situées sur la commune de Premeaux-Prissey, plus au sud.

Pinot noir

Nuits, on le sait, est le paradis du pinot noir : sur les quelque 310 hectares de l’appellation, 300 (dont 140 en premier cru) enfantent des vins rouges à la réputation de feu, qui se révèlent en réalité d’une grande élégance quand on sait les honorer au bon moment. Les blancs n’occupent que 3% de l’appellation mais sont dignes de leur standing de premier cru. Le chardonnay est aussi ici chez lui. 

Populaire

Belle et discrète, l’appellation Nuits-Saint-Georges n’est plus à un paradoxe près. « Elle est l’une des plus connues dans l’ensemble des appellations bourguignonnes, et pourtant elle conserve la réputation d’une appellation plus populaire, peut-être moins prestigieuse que ses voisins. » Tel est le constat du syndicat local, qui fournit des efforts constants et collectifs pour faire progresser une appellation orpheline de grand cru, anomalie historique.

Les hospices de Nuits, sur le même modèle que leur homologue beaunois (dont ils dépendant administrativement) et la vente aux enchères de mars, rajoutent une part de mythe autour de l’appellation Nuits-Saint-Georges. © Clément Bonvalot

Meuzin

Nuits a une composition passionnante. Elle se retrouve comme scindée en deux par le Meuzin, petit affluent de la Dheune, dont la vallée entaille profondément la côte et crée un cône de sédimentation issu des Hautes-Côtes. De cela découle, même si la réalité est infiniment plus subtile, deux ambiances et deux terroirs : au nord, plutôt en altitude, les « nuits-vosne », limitrophes de Vosne-Romanée, installés sur des sols maigres et riches en calcaires ; au sud les « nuits-nuits », où se trouvent la très utile combe des Vallerots et le village de Premeaux-Prissey, terminant l’appellation sous forme de bande relativement étroite et ceinturée, sur des terres plus riches et argileuses. D’où la diversité des sous-sols et des vins. Géo-logique !

Dur

Le syndicat nuiton tord le cou aux dernières idées reçues évoquant « la dureté de nos vins, car la plupart de nos terroirs sont sur des sols calcaires, qui livrent des nectars très diversifiés, fins et tendres. Et cela fait longtemps qu’une nouvelle génération de vignerons a trouvé ses marques en terme de vinification ». Et pan pour les on-dit. Et glou pour le plaisir.

Escaliers

Nuits, sa ville et son vignoble regorgent de spécificités. C’est ici que l’on trouve le seul clos de Bourgogne planté en terrasses. Il appartient au domaine du Château-Gris, propriété de la maison Albert Bichot : 3,5 ha entre pinot noir et chardonnay dominés par une propriété du XVIIIe aux toits d’ardoise gris. En bouteilles, deux monopoles : 1er cru Château-Gris en rouge, Nuits-Saint-Georges Les Terrasses en blanc. Et une nouvelle originalité pour le paysage nuiton. 

Château-Gris, propriété en monopole des domaines Albert Bichot, seul clos planté en terrasses en Bourgogne. Une originalité de plus pour l’appellation. © Flore Deronzier

Cuveries

Ici, on a placé haut, très haut, le niveau de ses outils de production. Avec ce qu’il faut d’architecture spectaculaire et d’évocations aux origines. Nuits abrite ainsi deux modèles du genre en Bourgogne : la cuverie des Ursulines entre ciel et terre (Boisset) et celle façon halles du XIXe siècle (Faiveley).

Hospices

Comprendre l’appellation, c’est comprendre ses hospices. La maladrerie nuitonne est née au XIIIe siècle, deux siècles avant son voisin beaunois (1443) ! Cet hôpital-vigneron fonctionne sur le même principe, combinant activité médicale et domaine viticole avec son fonctionnement propre, propriétaire d’une douzaine d’hectares sur Nuits. Chaque année, 18 cuvées sont réalisées, sous la conduite fidèle du régisseur Jean-Marc Moron, en poste depuis trente ans. Depuis 2016, l’hôpital est rattaché aux Hospices Civils de Beaune, revigoré il y a peu par d’importants travaux financés en bonne partie par la fameuse vente du mois de mars.

Tastevin

L’histoire est connue. Alors que les bourgognes s’enfoncent dans la crise, la confrérie des Chevaliers du Tastevin surgit d’un caveau nuiton le 16 novembre 1934, pour donner une impulsion décisive à la production d’une région viticole entière. Georges Faiveley et Camille Rodier en sont les pères fondateurs. Elle trouvera d’abord refuge dans le bas du village, au château de la Berchère, avant d’investir le château du Clos de Vougeot que Leonce Bocquet possédait. Quelques figures locales, dont le respecté Henri Gouges, feront ce qu’elle est aujourd’hui : une confrérie comptant 12 000 fidèles aux couleurs pourpre et or dans le monde. Son siège est encore et (pour) toujours à Nuits-Saint-Georges.

Négoce

Comme Beaune, la cité fut une place force du négoce, il y a fort longtemps. Dès 1800, on comptait nombre de négociants-éleveurs, de Charles Viénot à Pierre Faiveley en passant par Edouard Delaunay, qui ont fait rayonner le nom de Nuits bien au-delà de nos horizons. Aujourd’hui, la tendance est naturellement aux vins de domaines et propriétaires, qui donnent le meilleur d’eux-mêmes, toujours au service de leurs climats. C’est le sens de l’histoire.

Laisser un commentaire