Drôle d’atmosphère, vendredi 4 décembre, dans les Jardins du Département de la Côte-d’Or à Dijon. Le marché de Noël des producteurs et artisans démontre que tout n’est pas fatalité. Il n’y aura ni à boire ni à manger durant la visite. Mais le 100% Côte-d’Or est là, 100% résistant. Il s’infiltre dans les cœurs et les foyers.

François Sauvadet, les ciseaux à la main, coupe le symbolique ruban du marché de Noël 100% Côte-d’Or. Le président du Département est notamment assisté par celui de la Chambre d’agriculture, à droite, Vincent Lavier ©D.R.
Le marché de Noël du Département de la Côte-d’Or, vendredi 4 décembre au soir. ©D.R

Un froid de canard sauvage s’est emparé des barnums. L’hiver est là et bien là. Ciseaux en main, François Sauvadet veut que cette inauguration soit plus solennelle que jamais. Elle est stratégique pour le Département qu’il préside. Le monde de l’agriculture est encore trop souvent déconsidéré. La restauration et les saveurs en sont potentiellement le bras armé mais confiné. On sent bien cependant que les savoir-faire locaux célèbreront bientôt leur retour en grâce. 

La tourmente virale a paradoxalement souligné les bienfaits de la proximité. 2020 se termine avec la consécration en beauté de la marque Savoir-faire 100% Côte-d’Or. Début novembre, 35 producteurs, boulanger, restaurateur et artisans ont été agréés dans une démarche qui consacre la production locale et le circuit court. Il était temps.

On regarde, on ne touche pas

Il s’en est fallu d’un poil d’agneau charollais pour que l’événement n’ait pas lieu. La sacro-sainte distanciation sociale, nécessaire autant que frustrante, aurait pu avoir raison du marché. Mais dans un contexte déjà suffisamment traumatisant comme ça, où le moindre sapin a le don d’irriter les idiots-verts, ne pas tenir bon aurait été le mauvais signe de trop. D’ailleurs, comme une revanche, le sapin du Morvan fait ici figure de guest star.

Certes, il est impossible de lever le verre de bourgogne à la santé de nos terroirs. Certes, Pascal Laprée vend ses foies gras sans pouvoir les faire goûter. Certes, on se contente de déguster avec les yeux les fromages Delin, les escargots de la Ferme Au Gré du Temps, les truites de l’Aube ou le miel du Rucher des Trois Rivières. Mais on peut emporter tout ça avec soi. Autant voir les choses du bon côté : le Covid contraint à la salivation et rend plus gourmand à la maison !

La meilleure façon de célébrer un monde en quête de bon sens c’est bien de saisir ce qu’il met à notre portée. Une déambulation dans les Jardins du Département (entrée bd Trémouille à Dijon), possible ce samedi, est une façon d’ouvrir les yeux sur ces talents et ces artisans engagés qui font la richesse d’un territoire, le nôtre en l’occurrence.

Une démarche qui inspire

Aux saveurs et aux essences s’ajoutent le beau et le bien fait. L’artisanat revient en force. Il a en lui les vertus de la patience, du travail de la matière. Il donne un sens à la vie. « Bois Plaisir », invité frontalier en provenance du Doubs, n’est-il pas un nom qui sonne bien pour un ébéniste ? Bricole et Barbotine ne font-ils pas des petits miracles avec l’argile ? Les créations de Claude, de l’atelier Fleur d’O, ne sont-elles pas des petits bijoux d’inspiration médiévale ? N’est-ce pas dans le Grenier de Mâlain que l’on trouve d’étranges « créé’natures » de rêve ?

Suivant le cortège officiel, 7 à 8 présidents de départements voisins, réunis à Dijon par le hasard du calendrier, savourent l’acte de résistance de la Côte-d’Or qui crée et produit. Il y fait un froid de canard sauvage, on l’a dit plus haut. Mais d’aucuns ont déjà fait la promesse qu’ils s’en inspireront. La promesse de rapprocher l’agriculteur du restaurateur, le collégien du producteur, le citoyen du savoir-faire local et du circuit court.

Symbole de la démarche entre tous, le fromage « Côte-d’Or » de la fromagerie Delin ne sera donc pas apprécié sur place. Pas plus qu’on aura le loisir de commenter le bourgogne blanc ou rouge Bourgogne Côte d’Or, dernier né parmi les appellations régionales identifiées. Mais on pourra ramener les deux à la maison pour se payer une bonne tranche de vie, trinquer à la santé d’un monde qui retrouvera ses repères, c’est certain. Voilà pourquoi il faut se rendre à Dijon jusqu’aux Jardins du Département et participer à l’acte de résistance de nos producteurs et commerçants.


Marché de Noël du Département de Côte-d’Or
Samedi 5 décembre de 10h à 20h. Entrée uniquement au 23 Boulevard de la Trémouille / Sortie uniquement au 53 bis rue de la Préfecture.


Laisser un commentaire