Municipales, candidats sur le gril : Alain Cartron (Nuits)

© Jean-Luc Petit

© Jean-Luc Petit

Déclaré candidat à sa succession depuis plus d’un an, le maire sortant se prépare à une bataille politique longue et probablement serrée. Alors qu’il avait remporté les dernières élections municipales avec seulement 36 voix d’écart, le nouveau scrutin s’annonce très incertain. Le maire sortant ne craint pas de sortir du « politiquement correct » pour l’emporter à nouveau.

Quelle serait votre définition de « l’art de vivre » ?
Une combinaison de savoir-être et de sérénité, pour profiter des bons moments, sans hésiter à susciter leur naissance, tout en sachant surmonter les mauvais passages.

Selon vous, existe-t-il un art de vivre « à la bourguignonne » ? Si oui, comment le qualifieriez-vous ?
Oui, il ne peut être dissocié de la bonne chère, du bien-boire et d’une notion de partage puisqu’on n’ouvre les bonnes bouteilles qu’avec des amis.

Si la loi Evin venait finalement à interdire Internet comme support de communication pour le vin, seriez-vous prêt à monter au créneau avec votre écharpe de maire ?
Oui, il faut absolument combattre les totalitarismes et les dogmes politiques car ce sont eux qui préfigurent « l’art de mourir ».

Les vins de Bourgogne sont de plus en plus chers, les prix des vignes s’envolent… Faut-il mettre en place des mesures pour protéger la transmission des domaines viticoles au sein des familles bourguignonnes ?
Non car je suis opposé à légiférer à tort et à travers. Cependant, on peut aider à transmettre les domaines dans des conditions honorables, quitte à engager le poids du mandat municipal.

Symboliquement, le gigot du dimanche incarne les vertus familiales traditionnelles. Sacrifiez-vous volontiers à cette tradition dominicale ? Le cas échéant, quelle bouteille ouvrez-vous pour l’occasion ?
Moment difficile, car mes enfants savent apprécier et déguster le vin. A défaut de les surprendre avec une bouteille d’exception, un 1er cru de nuits-saint-georges fait toujours plaisir.

Etes-vous capable de préparer un plat qui fera l’unanimité et pour lequel personne ne pourra contredire votre savoir-faire culinaire ?
Je ne suis pas un vrai cordon-bleu ; tout au plus puis-je me risquer (avec du temps) dans des œufs en meurette. Pour les cocktails par contre, je manie fort bien les liqueurs Cartron!

Dijon, Nuits et Beaune sont des villes proches, mais très différentes. Selon vous, qu’est-ce que votre commune possède que les deux autres n’ont pas ?
Dijon est la capitale de la Bourgogne, Beaune celle du bourgogne et Nuits celle des vignerons.

Escargots pour tous : entre un escargot d’origine africaine (Helix aspersa aspersa ou petit gris) élevé en Bourgogne et un escargot de Bourgogne (Helix pomatia) élevé en Hongrie, lequel préférez-vous ?
J’apprécie une touche d’exotisme, mais entre les deux, je préfère sans hésiter celui qu’on a exporté à celui qui est importé.

Dans la ville où vous êtes candidat, quel est selon vous le monument qu’il faudrait sauver en priorité, et pourquoi ?
Nous comptons deux monuments emblématiques indissociables de Nuits, le beffroi et l’église Saint-Symphorien.

Dijon et sa moutarde, Nuits et sa Côte, Beaune et ses hospices… Les clichés ont la vie dure, faut-il s’en débarrasser pour les dépasser ?
Les clichés ancrés dans les mémoires ne font de mal à personne ; ils permettent de faire des associations d’idées sans empêcher d’en créer de nouvelles et sans ternir la modernité de nos villages.

Je suis un touriste qui arrive dans votre ville par le train. Dès la sortie de la gare, qu’est-ce qui me fait dire que je suis dans une commune douée pour l’art de vivre ?
Un projet de réaménagement du quartier justement sera au programme de la prochaine mandature, afin que tout arrivant en gare de Nuits ait un accueil digne de notre réputation.

Vous venez d’être élu et vous fêtez ça avec vos proches : où, comment, avec qui et avec quoi ?
La dernière fois, c’était avec un jéroboam de nuits-saint-georges 1er cru « Les Porets Saint-Georges » apporté spontanément par un vieil ami viticulteur. La bouteille vide est toujours dans mon bureau.

A 68 ans, ce candidat Divers droite issu d’une grande famille nuitonne a déjà une longue expérience du commandement (officier dans l’armée de terre et directeur de cabinet du grand chancelier de la Légion d’honneur). En bon Nuiton amateur de grands crus, il pose ici dans les belles caves voûtées qui se cachent sous l’hôtel de ville.

 

Lire aussi : Municipales, candidats sur le gril : Isabelle de Almeida (Dijon)Municipales, candidats sur le gril : Edouard Cavin (Dijon)Municipales, candidats sur le gril : Alain Houpert (Dijon), Municipales, candidats sur le gril : David Lanaud du Gray (Dijon)Municipales, candidats sur le gril : François Rebsamen (Dijon)Municipales, candidats sur le gril : Daniel Carrasco (Nuits-Saint-Georges)Municipales, candidats sur le gril : Didier Proriol (Nuits-Saint-Georges)Municipales, candidats sur le gril : Jacques-Hervé Riffaud (Beaune)Municipales, candidats sur le gril : Alain Suguenot (Beaune)Municipales, candidats sur le gril : Jacques Thomas (Beaune),

Laisser un commentaire