Municipales, candidats sur le gril: Isabelle de Almeida (Dijon)

© Jean-Luc Petit

© Jean-Luc Petit

Les municipales, vous en avez soupé ? Alors laissez-nous vous surprendre avec ce questionnaire proposé aux têtes de liste à Dijon, Beaune et Nuits-Saint-Georges. Au menu : 12 questions identiques sur l’art de vivre. La recette : des réponses en 140 signes, format « tweet ». Tous ont joué le jeu (retrouvez l’intégralité des interviews dans Dijon-Beaune Mag) et choisi le lieu de prise de vue de leur portrait. Seule femme candidate à Dijon, Isabelle de Almeida (Front de gauche) est photographiée sous le kiosque de la Place Wilson. Un lieu pour la lecture et écouter de la musique, ou la culture comme art de vivre…

Quelle serait votre définition de « l’art de vivre » ?
Pouvoir prendre le temps de faire les choses qu’on aime et avec des gens qu’on aime, s’épanouir et se rendre utile aux autres.

Selon vous, existe-t-il un art de vivre « à la bourguignonne » ? Si oui, comment le qualifieriez-vous ?
Pas spécialement, il y a des spécificités autour de la gastronomie mais je crois que cela dépend aussi des conditions  de vie de chacun.

Si la loi Evin venait finalement à interdire Internet comme support de communication pour le vin, seriez-vous prête à monter au créneau avec votre écharpe de maire ?
Je pense que les moyens, les supports pour faire connaître le vin doivent exister et être adaptés, Internet y participe aussi.

Les vins de Bourgogne sont de plus en plus chers, les prix des vignes s’envolent… Faut-il mettre en place des mesures pour protéger la transmission des domaines viticoles au sein des familles bourguignonnes ?
Il faut des outils pour lutter contre la spéculation afin de faciliter l’installation ou la reprise des domaines par des viticulteurs qualifiés.

Symboliquement, le gigot du dimanche incarne les vertus familiales traditionnelles. Sacrifiez-vous volontiers à cette tradition dominicale ? Le cas échéant, quelle bouteille ouvrez-vous pour l’occasion ?
Mes repas du dimanche ne relèvent pas de la tradition ; ils sont diversifiés selon mes envies et le temps pour cuisiner et donc la bouteille ouverte peut varier, ou ne pas exister.

Etes-vous capable de préparer un plat qui fera l’unanimité et pour lequel personne ne pourra contredire votre savoir-faire culinaire ?
Oui ; le pot-au-feu, le tagine, mais je ne prétends pas être un cordon-bleu.

Dijon, Nuits et Beaune sont des villes proches, mais très différentes. Selon vous, qu’est-ce que votre commune possède que les deux autres n’ont pas ?
Chacune de ces villes ont leur spécificité, mais leurs tailles différentes font qu’elles ne peuvent être comparées.

Escargots pour tous : entre un escargot d’origine africaine (Helix aspersa aspersa ou petit gris) élevé en Bourgogne et un escargot de Bourgogne (Helix pomatia) élevé en Hongrie, lequel préférez-vous ?
Ceux que je préfère sont ceux qu’on ramasse nous-mêmes en Bourgogne, avec mes parents, et que nous préparons ensuite.

Dans la ville où vous êtes candidate, quel est selon vous le monument qu’il faudrait sauver en priorité, et pourquoi ?
La bourse du travail, rue du Transvaal, car cela représente le lieu pour que les salariés se retrouvent et agissent pour leurs droits.

Dijon et sa moutarde, Nuits et sa Côte, Beaune et ses hospices… Les clichés ont la vie dure, faut-il s’en débarrasser pour les dépasser ?
Non, et ce ne sont pas des clichés , mais il y a tant à découvrir dans ces trois lieux, qu’il ne faut pas seulement s’arrêter à cela.

Je suis un touriste qui arrive dans votre ville par le train. Dès la sortie de la gare, qu’est-ce qui me fait dire que je suis dans une commune douée pour l’art de vivre ?
L’esplanade de la gare est déjà un lieu agréable qui fait arriver à Dijon tranquillement ; et puis il y a l’office du tourisme et les deux parcs à proximité : Darcy et Arquebuse.

Vous venez d’être élue et vous fêtez ça avec vos proches : où, comment, avec qui et avec quoi ? Avec les candidats et militants à la permanence avec ce que chacun aura apporté puis peut-être ailleurs. L’essentiel : la convivialité et l’esprit fraternel.

Membre influent du Parti communiste français (secrétaire départementale de Côte-d’Or et présidente du conseil national depuis 2013), Isabelle De Almeida mènera une liste Front de gauche ouverte aux élections dijonnaises. Impliquée de longue date dans la vie politique locale, l’ex-conseillère municipale et régionale, sans se placer dans l’opposition, souhaite favoriser «une politique bien plus à gauche sur Dijon».

 

Lire aussi : Municipales, candidats sur le gril : Edouard Cavin (Dijon)Municipales, candidats sur le gril : Alain Houpert (Dijon)Municipales, candidats sur le gril : David Lanaud du Gray (Dijon)Municipales, candidats sur le gril : François Rebsamen (Dijon)Municipales, candidats sur le gril : Daniel Carrasco (Nuits-Saint-Georges),Municipales, candidats sur le gril : Alain Cartron (Nuits-Saint-Georges)Municipales, candidats sur le gril : Didier Proriol (Nuits-Saint-Georges)Municipales, candidats sur le gril : Jacques-Hervé Riffaud (Beaune)Municipales, candidats sur le gril : Alain Suguenot (Beaune)Municipales, candidats sur le gril : Jacques Thomas (Beaune),

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire