Municipales, candidats sur le gril: Didier Proriol (Nuits)

© Jean-Luc Petit

© Jean-Luc Petit

Déclaré depuis janvier 2012, ce candidat farouchement « sans étiquette », chef d’entreprise plus que politicien, a l’ambition de « tracer une nouvelle voie pour Nuits-Saint-Georges ». Pour ce faire, il conduit une liste ouverte de 29 personnes – femmes et hommes à parité – engagées dans le tissu local afin de traduire dans l’action politique ce qu’ils savent faire dans les domaines du social, de l’entreprise, de la culture…

Quelle serait votre définition de « l’art de vivre » ?
Henri Vincenot disait : « Faire le bien, sans faire le mal, c’est le Paradis. » Je rajouterai, l’art de vivre c’est faire partager son paradis.

Selon vous, existe-t-il un art de vivre « à la bourguignonne » ? Si oui, comment le qualifieriez-vous ?
Oui, un chapitre de la confrérie des Chevaliers du Tastevin au château du Clos-Vougeot. Le partage de notre excellence avec le monde entier.

Si la loi Evin venait finalement à interdire Internet comme support de communication pour le vin, seriez-vous prêt à monter au créneau avec votre écharpe de maire ?
J’ai créé un club pour soutenir l’activité oenotouristique sur la Côte de Nuits. Elu maire, je continuerai à défendre notre territoire.

Les vins de Bourgogne sont de plus en plus chers, les prix des vignes s’envolent… Faut-il mettre en place des mesures pour protéger la transmission des domaines viticoles au sein des familles bourguignonnes ?
Le maire doit favoriser le développement et l’attractivité. Le monde viticole saura à coup sûr sauvegarder son patrimoine et le transmettre.

Symboliquement, le gigot du dimanche incarne les vertus familiales traditionnelles. Sacrifiez-vous volontiers à cette tradition dominicale ? Le cas échéant, quelle bouteille ouvrez-vous pour l’occasion ?
Pourquoi pas un vosne-romanée pour sa rondeur, suivi d’un nuits-saint-georges 1er cru bien charpenté pour accompagner un Amour de Nuits.

Etes-vous capable de préparer un plat qui fera l’unanimité et pour lequel personne ne pourra contredire votre savoir-faire culinaire ?
Une mousse au chocolat, c’est ma spécialité !

Dijon, Nuits et Beaune sont des villes proches, mais très différentes. Selon vous, qu’est-ce que votre commune possède que les deux autres n’ont pas ?
Inscrire au patrimoine mondial de l’Unesco les Climats de Bourgogne, voilà le rêve à visée internationale que formulent les trois villes.

Escargots pour tous : entre un escargot d’origine africaine (Helix aspersa aspersa ou petit gris) élevé en Bourgogne et un escargot de Bourgogne (Helix pomatia) élevé en Hongrie, lequel préférez-vous ?
Celui qui est élevé et préparé en Bourgogne.

Dans la ville où vous êtes candidat, quel est selon vous le monument qu’il faudrait sauver en priorité, et pourquoi ?
Mettre en lumière plutôt ! Saint-Symphorien, mérite d’être élevée au même rang que Cîteaux ou le Clos-Vougeot dans les circuits touristiques.

Dijon et sa moutarde, Nuits et sa Côte, Beaune et ses hospices… Les clichés ont la vie dure, faut-il s’en débarrasser pour les dépasser ?
Le vin est le poumon économique et culturel de Nuits-Saint-Georges. C’est autour de cette richesse que nous attirons de nombreux touristes.

Je suis un touriste qui arrive dans votre ville par le train. Dès la sortie de la gare, qu’est-ce qui me fait dire que je suis dans une commune douée pour l’art de vivre ?
Rien aujourd’hui ! Tout est dans notre programme : l’information, l’accueil, la prise en charge et le transport par la nouvelle navette.

Vous venez d’être élu et vous fêtez ça avec vos proches : où, comment, avec qui et avec quoi ?
Avec la population, au centre-ville de Nuits-Saint-Georges, en musique et en partageant un bon vin. Voilà, ce sera simple, mais à mon image.

45 ans, marié, 3 enfants, ce chef d’entreprise est secrétaire général de la CGPME Côte-d’Or et ancien vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie. Investi dans de nombreux réseaux, économiques, sportifs ou culturels, il pose ici dans le cadre du Fief, une galerie d’art qui lui sert de local de campagne, avant de redevenir en juin le siège du festival Art Planète, dédié chaque année à l’art contemporain et à l’art brut.

 

Lire aussi : Municipales, candidats sur le gril : Isabelle de Almeida (Dijon)Municipales, candidats sur le gril : Edouard Cavin (Dijon)Municipales, candidats sur le gril : Alain Houpert (Dijon), Municipales, candidats sur le gril : David Lanaud du Gray (Dijon)Municipales, candidats sur le gril : François Rebsamen (Dijon)Municipales, candidats sur le gril : Daniel Carrasco (Nuits-Saint-Georges)Municipales, candidats sur le gril : Alain Cartron (Nuits-Saint-Georges)Municipales, candidats sur le gril : Jacques-Hervé Riffaud (Beaune)Municipales, candidats sur le gril : Alain Suguenot (Beaune)Municipales, candidats sur le gril : Jacques Thomas (Beaune),

Laisser un commentaire